Solidarité Ukraine
INED Éditions. Archives Sonores, Mémoires européennes du Goulag

Mémoires Européennes

du Goulag

BioGraphie

66
×

Abram  LEŠČ

Abram Lešč naît en 1932, à  Raseiniai en Lituanie. Son père est négociant en céréales et en lin, sa mère femme au foyer. Avec ses parents il parle en yiddish, à l’école il apprend le russe, tout les samedis il va à la synagogue avec son père. Le 14 juin 1941, ils sont déplacés de force dans la république des Komis, dans un village à 8 km de Syktyvkar. Abram n’a « jamais compris les raisons de leur déportation ». 

Son père travaille à la coupe et au transport du bois, suite à un grave accident il est amené à l'hôpital où il meurt peu après. Sa mère, qui a été assignée aux travaux agricoles, est aussi hospitalisée. Ainsi, à 12 ans, Abram doit assumer la charge de chef de famille. Pour nourrir ses deux sœurs il est obligé de laisser tomber ses études et d'aller travailler à la fenaison et à différents travaux agricoles.

En 1948 il fuit, réussit à rentrer en Lituanie où il découvre que presque toute sa très large famille a disparue, assassinée par les nazis pendant la guerre. Aidé par des parents lointains il réussi à cacher son passé et à trouver un emploi comme ouvrier dans un atelier de cuir. En mai 1951 il est enrôlé dans la marine et doit faire son service militaire pendant 5 ans.

De retour, il reprend son travail à l’atelier où il fera carrière en devenant chef de secteur, et en même temps, il commence des études à l'Institut de l'industrie légère. Par la suite  il ira « gagner de l'argent dans les terres vierges au Kazakhstan ». 

Aujourd’hui il dit avoir pu se réinsérer parce que, en rentrant, il a caché le fait d’avoir été déporté et a réinventé son passé ! 

Voir MÉDIA
Fermer

L'arrestation et la déportation

Fermer

La faim en déportation

Fermer

La vie quotidienne en déportation

Fermer

Fêtes en déportation; la mort par dénutrition

Fermer

Le sort des Juifs restés en Lituanie durant l'occupation allemande

Fermer

Le pouvoir soviétique et moi!

Fermer

Le retour et le KGB